Pensez à conserver la source de votre texte et
merci de donner la référence de notre site web aux personnes que vous connaissez.

Poèmes de Laurence Rocheleau

La nature

La mélodie du ruisseau

Je l'entends et combien je l'aime cette douce mélodie
Qui égaie de ses notes cristalline la nature!
Cette musique si envoûtante erre à l'aventure,
Elle se fraye un chemin sous mes paupières allourdies.

Une symphonie printanière semble résonner dans la forêt
Et l'air exhale une odeur exquise de pommiers en fleurs.
Les jolis papillons me réjouissent de leurs couleurs
Tandis que les lilas éclosent non loin des cyprès.

Devant de telles splendeurs,
Le ruisseau accourt à l'orée du sous-bois.
Les pinsons, les fougères et les fleurs
S'extasient au charme irrésistible de sa voix.

Laurence Rocheleau
Octobre 1991


L'Hiver

Pour qui sait regarder la nature, chaque saison est sujet d'émerveillement. Lors des premiers jours de novembre, ne suffit-il pas de faire allusion à la neige qui sera bientôt là pour que les yeux d'un enfant s'illuminent?

Lorsque je pense aux beaux jours de mon enfance, c'est toujours en me remémorant les joies de l'hiver. Étant native d'un pays où cette saison dure presque six mois, j'ai pu tout à loisir en découvrir les beautés.

Il est vrai que le climat y est quelquefois rigoureux mais lorsqu'on est bien vêtu, rien n'est plus agréable que de partir en randonnée dans la forêt. On y respire un air pur et vivifiant tout en admirant la nature.

J'aime aussi contempler les carreaux givrés par le froid: ne dirait-on pas qu'une bonne fée est passée par là et s'est amusée à y créer de magnifiques dessins? Et puis ces petits flocons de neige tombant certains jours gris, ne nous remplissent-ils pas le coeur de joie et de sérénité?

Pour aimer la nature, il faut tout d'abord apprendre à la connaître. Cela peut prendre du temps mais le résultat n'en sera que plus enrichissant: l'hiver nous apparaîtra alors dans toute sa splendeur!

Laurence Rocheleau


Joies matinales

Mon coeur se remplit de mille et un sourires
Quand du matin jaillit la douce lumière rosée.
Les petits diamants scintillant ça et là
Sur le tapis verdâtre de l'été chaleureux
Ont un message enchanteur
Pour les amoureux du matin estival.

L'astre s'étirant sur un lit de sapins
Et rejetant sa couverture orangée
Pour accourir dans son domaine bleu
Donne un spectacle magique à l'enfant de mon coeur.

La fleur de mai respirant le parfum léger du vent
Et l'oiseau riant à pleine gorge,
Le chat et le chien joyeux
Me confiant leurs plus beaux secrets,
L'abeille laborieuse se posant sur de petits soleils,
Sont pour moi les plus beaux des cadeaux.

Laurence Rocheleau


Nostalgie automnale

Sur le tapis jaunâtre de l'été endormi
Reposent les feuilles aux mille et une couleurs
Et lorsqu'à l'aurore le soleil resplendit
Scintille le givre d'un éclat enchanteur.

Dispersés aux caprices du hasard, quelques nuages gris...
Bientôt ruisselleront leurs perles sur la terre qui s'endort.
Sous le poids des ans l'orme frémit
Tandis qu'au gré du vent ondulent les verges d'or.

Elle s'est envolé l'hirondelle qui nous reviendra en mai,
Emportant avec elle sa jolie ritournelle.
Ses folles arabesques ne viendront plus le ciel animer
Ni son plumage chatoyant charmer nos prunelles.

Le renard a revêtu son beau manteau roux
Et l'écureuil s'est blotti au creux du grand chêne.
Malgré la froidure, ils rêvent aux jours plus doux
Où, à nouveau, joyeusement ils courront dans la plaine.

Les branches du pommier ploient sous leurs éclatants rubis
Et la paille, fraîchement coupée, embaume l'air de son parfum subtil
À l'horloge des saisons s'étirent les nuits
Et leur cortège astral majestueusement défile.

Laurence Rocheleau
Septembre 1991


Scintillement nocturne

Sous une nuit parsemée d'étoiles d'argent,
Allez rêveurs, sur les bords humides d'un étang.
Observez-les: elles amènent la lumière de la nuit
Ces artisanes de la clarté éphémère qui luit!

Approchez-vous: on dirait un petit morceau de braise ardent
Posé sur un léger brin d'herbe agité par le vent.
Tournez vos regards: elles luiront de plein feu dans la noirceur
Faisant de l'obscurité un peu de chaleur.

Elles portent de minuscules souliers clignotants,
Pur ravissement aux regards empreints de bons sentiments.
Ces minuscules êtres de tout temps existant
Portent le joli nom de "lucioles" et sont très charmants.

Laurence Rocheleau
Juillet 1987


Avril au sous-bois

Avril...enfin le printemps était de retour dans la forêt!
Le sous-bois reprenait vie, à nouveau la terre respirait.
Les arbrisseaux, leurs petits bras chargés de bourgeons me tendaient.
De voir le jour, les fougères et les trilles impatiemment attendaient.

Vestige de l'automne, les feuilles mortes par milliers jonchaient le sol.
Aux caprices du hasard, les éparpillerait bientôt le souffle d'Éole.
Ici et là, quelques brins d'herbe allégrement verdissaient
Et les oiseaux patiemment leurs nids tapissaient.

Au faîte du grand chêne, il était de retour le beau mainate,
De sa gorge irisée de bleu me parvenait sa jolie sonate.
Aux abords du ruisseau, le lièvre timidement s'approchait.
Les rayons du soleil, des étoiles sur l'onde accrochaient.

Au fil des jours, des couples de merles se formaient.
De leurs oisillons ils rêvaient, déjà ils les aimaient...
Très bientôt, les violettes en fleurs avec ravissement je reverrais,
La forêt, ma fidèle amie, ses innombrables trésors me dévoilerait.

Laurence Rocheleau
Avril 2005


Joies printanières

Par un beau jour de printemps, au ciel bleu le soleil brillait.
Sur les montagnes majestueuses, la neige scintillait.
S'éveillant d'un long sommeil, les vallées peu à peu verdissaient
Et les oiseaux tout heureux leurs nids bâtissaient.

Dans le sous-bois, en tout sens courait joyeusement le ruisseau,
Sur son passage, gracieusement s'inclinaient les arbrisseaux.
De jour en jour, imperceptiblement, la forêt renaissait...
Sous les rayons d'or, les arbres en bourgeons s'épanouissaient.

Du crépuscule à l'aurore, l'air embaumait le doux parfum du lilas,
Présent bienfaisant que la brise légère dispensait de ci de là...
Sur la voûte étoilée, les étoiles par milliers une ronde dansaient.
À leurs folles arabesques, la Voie Lactée avec joie s'unissait.

Aux premières lueurs de l'aube, les vertes fougères déjà pleuraient...
Pour les consoler, la pluie et le soleil un bel arc-en-ciel leur préparaient.
Les mésanges, les merles et les pinsons accoururent alors dans la clairiere,
Et l'astre du jour, ému de tant d'impatience, leur offrit son éclatante lumière.

Laurence Rocheleau
Avril 2005


Présents bienfaisants

 

Instant

La courte durée d'un moment déjà passé
Greffe à mon coeur un instant d'éternité.
Je ne peux oublier ces merveilleux temps
Qui en mon âme réveillent l'enfant.

Je suis comme un oiseau tout petit
Comme l'arbre qui chaque année donne ses fruits.
Moitié velours, moitié dentelle,
On dit de ma vie qu'elle est belle.

J'aime contempler les couchers de soleil
Et admirer un vol d'hirondelles.
Mon oiseau favori est la tourterelle,
Son chant triste bien souvent m'appelle.

Les enfants me charment et m'attirent
Car ils sont si joyeux et si purs.
Il faudrait qu'à jamais la jeunesse dure,
Vers la tristesse ne point laisser son âme partir!

Laurence Rocheleau
Octobre 1991


Union

Un jour tu m'as dit: "J'ai besoin de toi!"
Pourtant, la source c'est toi.
Je ne suis que la rocaille qui laisse l'eau ruisseler.
Toi, tu es l'arbre et moi, l'ombrage sous ta protection.
Toi, tu es le sentier et moi, l'herbe piétinée.
Indissociable est notre union...

J'étais assoiffée, j'avais froid, j'étais oubliée.
Tu m'a réconfortée, apaisée et camouflée.
Dans ton coeur tu m'as gardée.
Comme une fleur printanière, à nouveau tu m'as créée.

L'eau de la source a besoin de la rocaille pour chanter.
L'arbre a besoin de l'ombrage pour attiédir.
Le sentier a besoin de l'herbe piétinée pour orienter.
Nos coeurs ont un besoin vital de s'unir.

Laurence Rocheleau
Octobre 1991


Une nouvelle vie

Il naîtra au printemps
Alors que les pommiers en fleurs et les lilas
Embaumeront l'air de leurs parfums captivants
Et que les plantes renaîtront des sous-bois.

La nature aura revêtu son beau manteau vert
Et les oiseaux gazouilleront joyeusement.
Tandis qu'en fragile petit être
De sa présence émerveillera ses parents.

Ses premiers regards seront pour eux
Et la maison s'animera de ses balbutiements.
Tout comme le soleil brille au ciel bleu,
Ne sera-t-il pas de la vie un merveilleux présent?

Comme une douce musique émanant d'un univers de tendresse,
Un coeur minuscule bat déjà, à peine perceptible...
Mais les nuits succèdent aux jours: sa mélodie devient audible,
Faisant grandir de l'infini sa petitesse.

Quelques mois encore et l'enfant paraîtra.
Fille ou garçon, cheveux blonds ou noirs,
Son sourire enjôleur fera naître la joie.
Comment de cette nouvelle vie ne pas s'émouvoir?

Laurence Rocheleau


Mon bel ami

Depuis longtemps j'attendais ce jour,
Jour où d'un bel inconnu me viendrait l'amour.
Il a suffi d'un regard, d'un sourire,
De quelques mots pleins de tendresse,
Et voilà qu'une belle amitié était née.
Soudain il était là, partageant mes rires
Avec son âme toute grande de noblesse
Et ses yeux si purs qu'on ne peut les oublier.
Comment ne pas l'aimer?

Avec son petit air rêveur, son rire d'enfant,
L'humilité et la bonté de son coeur,
Il est pour moi source d'émerveillement.
Dans ses gestes empreints de douceur,
Je ressens tout l'amour du monde.
Quand mon regard rencontre le sien,
J'y admire toute la pureté de l'onde.
Désormais, mon coeur lui appartient.

Combien j'aime ces instants magiques
Où, d'un tendre geste, la main de mon ami sur mon visage se pose.
Sa caresse est comme à l 'oreille une douce musique,
Murmurant pour moi les plus belles proses.
Mon ami m'emmène dans des pays magnifiques,
Pays où les montagnes, les forêts, les roses
Et même les oiseaux me redisent la plus belle chose:
"Ton bel ami t'aime et pour lui tu es unique!"

"Bel ami, laisse-moi te dire
Combien tu comptes pour moi.
J'aimerais que jamais ne puissent finir
Ces instants de bonheur près de toi.
Est-ce que tu viendras encore souvent
Poser ta tête sur mon épaule
Et comme la "Belle au bois dormant"
Me réveiller d'un baiser avant l'aube?"

"Irons-nous à nouveau contempler les astres de la nuit,
Les soleils couchants et les magnifiques oiseaux?
Admirerons-nous encore ces forêts d'émeraude, ces fleurs de rubis,
Ces champs de blé et ces jolis cours d'eau?"

"Dis-moi, bel ami, reviendras-tu chaque saison
Tenir ma main et parcourir avec moi les chemins?
Si tu le veux, de mon coeur je te fais don.
Voudras-tu me donner le tien?"

Laurence Rocheleau
Mai1988


Vous pouvez écrire à l'auteure pour lui laisser vos commentaires et impressions.
Merci de poser ce geste!
[email protected]


D'autres textes de cette auteure sont également disponible dans le Monde des fées

Source: Laurence Rocheleau ....www.lespasseurs.com



Retourner aux Textes à Méditer

Tous droits réservés pour tous pays Copyright © les Passeurs