Pensez à conserver la source de votre texte et
merci de donner la référence de notre site web aux personnes que vous connaissez.

Survivre au décès d’un parent

L’ordre douloureux des choses

 

Lorsque la vie suit son cycle naturel, ce sont les parents qui meurent avant leurs enfants.
Mais ce cours normal de l’existence ne fait pas de la mort une invitée plus désirable.
Le deuil de ses parents est une étape difficile, qui laissera chaque être humain transformé pour toujours.

Il est ardu de survivre au décès d’un de ses parents quand,
à l’intérieur de soi, une part intime est disparue avec lui.

Ce lien qui unit un parent à son enfant est sans doute le plus fondamental :
il fait fi des disputes, des paroles blessantes ou des silences.
Une relation aussi intime est faite de doux souvenirs, certes, mais aussi, parfois, de regrets.
Ces sentiments sont faits de blessures à guérir.

Des relations uniques, des sentiments intimes

Les premières écorchures, l’entrée à l’école, le départ de la maison, l’arrivée de ses propres enfants;
ce ne sont là que quelques-uns des jalons importants de la vie passée avec ses parents.

Cette vie qui fait de chaque adulte un être humain unique.

À la disparition de ses parents, il est normal, et même souhaitable, d’éprouver une grande tristesse.
Le chagrin et les larmes font partie du deuil et sont essentiels à sa résolution.
Quelle que fût sa relation avec son parent,
la peine que l’orphelin éprouve à son décès est un sentiment légitime et sain.

Si la mort du parent survient au terme d’une maladie,
le deuil est peut-être empreint de soulagement.
Ce sentiment ne va pas à l’encontre de l’amour que l’on porte à son père ou à sa mère.
En fait, se sentir soulagé de la fin de la souffrance physique d’un être cher est sans doute une preuve d’amour.

Au décès d’un parent, il est également normal d’éprouver
de la colère, de la frustration ou de la culpabilité.
Chaque orphelin connaîtra, à la mort de ses parents,
une traversée de deuil unique, tout comme l’était sa relation avec eux.

La famille en deuil

Si le parent laisse plus d’un enfant dans le deuil,
il est probable que chacun vive cette perte de façon personnelle.
Dans la douleur engendrée par la disparition d’un de leurs parents,
on verra certaines familles se rapprocher.
On éprouvera le besoin de chercher écoute et réconfort parmi les siens.
***
Les parents vivent perpétuellement dans le cœur de leur descendance.

Les valeurs transmises, les expériences partagées;
tous ces gestes, ces paroles, ces émotions
que les parents ont légués à leurs enfants constituent le plus précieux des héritages.

Au terme de la résolution positive du deuil de son père ou de sa mère,
l’orphelin aura sans doute compris beaucoup de choses sur la mort et,
puisqu’ils sont intimement liés, sur la vie.

 

Source: Revue Profil - volume 16, no 1 - Printemps 2004..www.lespasseurs.com



Retourner aux Textes à Méditer

Tous droits réservés pour tous pays Copyright © les Passeurs