les passeurs
Au service de la la Nouvelle Terre

roseLa Cabale ou Kabbale

Tradition de Connaissances Cachées

 

clé sephirah vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir arbre

La Cabale est le visage intérieur et mystique du judaïsme. C'est l'Enseignement traditionnel, jamais interrompu, dans le cadre de la foi juive, relatif aux Attributs du Divin, de la nature de l'univers et de la destinée de l'homme. Connaissance révélée, elle a été transmise à travers les siècles par une tradition toujours soucieuse de discrétion, qui a modifié périodiquement certains aspects méthodologiques et métaphysiques pour répondre aux besoins spirituels et culturels, différents selon les lieux et les époques.

Cette histoire très vaste dans l'espace comme dans le temps, a doté la Cabale d'images de la réalité si variées et si étonnamment riches qu'un oeil ignorant pourrait les juger étranges, obscures et même parfois contradictoires et corrompues. Nous avons donc adopté dans cette présentation un système cabalistique particulier, afin d'unifier et de clarifier un kaléidoscope de diverses conceptions et de diverses pratiques provenant de sources anciennes et modernes. Et nous insistons, en accord avec la règle cabalistique la plus stricte, sur le fait que notre exposé représente, aux dimensions d'un seul homme, la compréhension d'une tradition vivante telle qu'elle existe dans le monde d'aujourd'hui.

Londres, automne 1978/5738
haut de page


Anatomie:
sephirah

Nous avons vu comment d'anciens cabalistes ont relié à l'Arbre séphirotique un schéma anthropomorphique, puisque Adam Kadmon possède une anatomie de Volonté, Intellect, Émotion et Action. Ce modèle a été développé à travers les quatre Mondes, chaque monde représentant la manifestation cosmique de l'un de ces mêmes niveaux. Dans le microcosme d'un être humain individuel incarné, ce schéma se répète en miniature. A travers les âges, les cabalistes ont toujours exprimé leur compréhension de ces principes éternels avec le vocabulaire caractéristique de leur temps. Témoins, par exemple, la psychologie symbolique du Sépher Ha-Zohar (Livre de la Splendeur) écrit dans l'Espagne médiévale, et l'analyse détaillée des divers niveaux de l'homme par l'école du Habad-Hassidisme, dans la Russie du XVIIIe siècle. Les cabalistes modernes continuent la tradition et expriment leur savoir avec le vocabulaire psychologique de notre temps. C'est de cette manière qu'une tradition continue de vivre.

Commençons par le Monde le plus bas et étudions le corps. Ce véhicule physique qui a évolué pendant des millions d'années repose sur une série distincte de principes qui, tout en étant liés aux conditions terrestres, prennent également leur racine dans les lois archétypiques gouvernant toute existence, à savoir : les séphiroth. Ainsi donc, à son niveau le plus élémentaire, le corps opère à partir des relations réciproques de terre, eau, air et feu.

Ceci peut être observé dans des structures et systèmes comme les os et les muscles, les flux chimiques, les échanges gazeux et l'activité électronique. De façon plus précise, on peut considérer la hiérarchie des systèmes mécaniques, organiques et tissulaires, métaboliques et électromagnétiques comme les relations réciproques des Piliers de Force et de Forme, d'énergie et de matière, comme les côtés actif et passif de l'œuvre de l'Arbre, sous la direction de la volonté des sens au niveau de Malchouth, du système nerveux réflexe au niveau de Yésod (Fondation) et du système nerveux central, y compris le cerveau, au niveau de Tiphéreth, Siège de Salomon.

Ainsi donc, énergie et matière sont liées, au cours de la vie du corps, à la volonté et à la conscience inhérentes au Pilier central. Le visage supérieur de l'Arbre assiatique est la partie subtile du corps, et représente ce que l'on appelle dans la Cabale Zelim ou images, qui correspond à la liaison éthérique entre le corps et la psyché. En partie physique, cette liaison est composée de l'énergie et de la matière les plus subtiles qui se trouvent dans le Monde inférieur, et qui correspondent aux parties les plus grossières du Monde suivant. La moitié inférieure (ou visage inférieur) du Monde supérieur se superpose à la moitié supérieure du Monde inférieur.

Certaines personnes perçoivent ce niveau avec le regard intérieur et voient son aura radieuse qui entoure le corps. La Kéther, ou Couronne, de l'Arbre du corps (Monde assiatique) correspond dans ce schéma cabalistique à la Tiphéreth du Monde yétsiratique (Formation) de l'âme ou psyché - et à la Malchouth du Monde bériatique (Création) de l'esprit. Ceci montre comment les trois Mondes inférieurs se recoupent dans les personnes qui vivent au niveau de la chair, et comment il est possible de connaître par expérience les Mondes invisibles, en des moments où nous percevons une réalité plus profonde derrière le visage du Monde physique.

L'anatomie de la psyché se base sur le même modèle séphirotique que celle du corps; mais son énergie, sa substance et sa conscience sont celles du Monde subtil de Yétsirah (Formation). Pour être exact, le seul contact direct avec le Monde physique se produit à travers la Malchouth élémentaire de l'Arbre yétsiratique, qui est liée à la Tiphéreth du corps c'est-à-dire, le cerveau et le système nerveux central. Cela démontre la validité de ce schéma de l'interpénétration des Mondes, car c'est à ce niveau que le cerveau, organe physique de la cognition, fusionne conscience avec tissus, métabolisme et champs électro magnétiques. Juste au-dessus se trouve la non-séphirah de Daath (Connaissance) du corps, qui correspond à l'Yésod (Fondation) de la psyché. Ainsi les deux Mondes se rencontrent et sont en relations réciproques: le Monde inférieur fournit les données sur le monde extérieur, et le Monde supérieur les perçoit psychologiquement, tout en transmettant au corps, et au monde extérieur, la Volonté qui descend des domaines plus internes et plus élevés.

L'Yésod de la psyché, l'esprit-égo ordinaire, est le niveau de la conscience, en partie physique, en partie psychologique, qui forme le Fondement de ce que nous pensons, ressentons et faisons. En fait, cela est mis en lumière dans la configuration de l'Arbre par les groupes triangulaires, ou triades qui entourent Yésod. Trois voies arrivent en effet à Yésod, en provenance de Malchouth, Hod et Netsach qui constituent les angles de ce que l'on appelle la triade "végétale" de la psyché. Ainsi s'expriment les processus routiniers d'action, d'affectivité et de pensée qui président à l'activité quotidienne de la vie.

On voit donc que la triade de gauche possède la qualité passive, réflexive de la pensée; la triade de droite, ou côté actif, se rapporte à l'action; tandis que la triade horizontale centrale, au-dessus de l'égo, avec sa double nature à la fois active et passive, possède la qualité introvertie de l'affectivité. II suffit de quelques observations personnelles de l'état ambigu de l'égo pour démontrer la validité de ce schéma. Par exemple, on peut se sentir déprimé, en pensant à un problème, tout en faisant son travail.

L'état " végétal " de l'égo peut être influencé par ce qui se passe au fond de la psyché, mais sa vision du monde est avant tout constituée par ce que l'individu a absorbé au cours de son éducation et de sa formation. Par exemple, une personne élevée à la ville et une personne née à la campagne ont des attitudes et des valeurs différentes au niveau ordinaire de la vie " végétale " . Avec Hod et Netsach (les séphiroth psycho-biologiques de la maîtrise de soi et du désir, qui définissent la frontière - ou le seuil - de la conscience banale) et avec Malchouth (la relation avec le corps), Yésod (l'égo) fait de ce grand triangle inférieur, avec ses trois subdivisions, le principal domaine d'expérience auquel ont accès la plupart des gens. En outre, Yésod concentre l'image qu'un individu possède de lui-même, qu'il soit érudit, vacher ou femme d'intérieur.

La triade suivante, composée des séphiroth yétsiratiques Hod, Netsach et Tiphéreth, forme la zone immédiatement au-dessus de ce qu'on appelle la ligne liminale ordinaire de la conscience. Établie entre Hod et Netsach, qui équilibrent et animent les processus psycho-biologiques, et s'élevant jusqu'à Tiphéreth (le Moi ou Gardien Intérieur), cette triade est dite " animale " et elle représente le seuil de l'éveil. Là, lorsque la puissance de Netsach est mise en oeuvre et que la sensibilité de Hod est mise en alerte, il apparaît une conscience supérieure dont on fait parfois l'expérience en des moments de paix profonde ou de drame intense. C'est le lieu de la première extase - lucidité soudaine, passion profonde et illumination partielle. Cette conscience supérieure est très différente de la conscience ordinaire de l'égo et elle peut conduire la personne vers un état dépassant même la condition animale de volonté orientée vers la reconnaissance de Mondes supérieurs au monde physique - vers un état dépassant même le psychologique, car le Moi n'est pas seulement la Couronne (Kéther) du corps et le noyau (Tiphéreth) de la psyché, mais aussi la base élémentale (Malchouth) de l'Esprit (au sens de spiritus).

Accéder à ce niveau n'est pas exceptionnel, bien que cela se produise la plupart du temps dans l'inconscient, c'est-à-dire à travers le seuil Hod-Netsach qui sépare le Moi de l'égo. La voie qui relie Tiphéreth à Yésod à travers ce seuil est appelée par certains cabalistes la voie du Tsaddik - la voie du Sage - mais elle ne le devient que si elle est purgée de mensonge, d'autosatisfaction et de paresse psychologique.

Le Moi réside dans le Siège de Salomon de la psyché. C'est ce qui, en nous, observe tout. Des voies le relient à ce qui est au-dessus de lui et à ce qui est au-dessous, c'est le centre d'une série de triades formées par les séphiroth supérieures et par les séphiroth inférieures. Comme nous le verrons, les séphiroth passives et actives de l'intellect (Binah et Hochmah) et de l'émotion (Gébourah et Hésed) participent à leurs Piliers respectifs et sont en liaison, non seulement entre elles (par des voies) mais avec Tiphéreth en laquelle elles se concentrent. Les triades de gauche sont les frontières (émotionnelle et intellectuelle) passives de complexes et de concepts qui limitent la psyché, tandis que celles de droite sont actives, et stimulent l'activité affective et intellectuelle. Sur l'Arbre de la psyché, les triades latérales se complètent mutuellement : elles emmagasinent idées et émotions et rétablissent sans cesse l'équilibre intérieur de l'individu au cours de son évolution dans la vie.

La triade horizontale au-dessus du moi est le niveau de l'âme. Composée de Gébourah, Hésed et Tiphéreth - les séphiroth affectives de Rigueur et de Miséricorde, et la séphirah du Moi, elle est le lieu de la conscience de soi et de la conscience éthique. C'est là, dans ce que l'on appelle traditionnellement la triade morale que l'individu perçoit la valeur éthique de ses propres actes et de ceux des autres, c'est là qu'il discerne et évalue justice et charité. Selon une conception ancienne, c'est là le lieu où l'ange bon et l'ange méchant de chacun de nous résident pour nous tenter et nous encourager. C'est là que se trouvent aussi les portes du Paradis et du Purgatoire. Ces symboles archétypiques décrivent des états de l'âme, et toute personne parvenue à ce niveau de la conscience de soi, sait que ses critères ne participent plus du monde naturel. La conscience morale vraie ne saurait se confondre avec les us et coutumes sociaux ou tribaux.

L'âme est profondément enfouie dans les niveaux normalement inconscients de la psyché, et elle est intimement associée aux triades latérales des émotions et des concepts. Elle a également (à travers le Moi au niveau de Tiphéreth) accès à l'Esprit - la grande triade supérieure de Hochmah, Binah, Tiphéreth.
La triade de l'esprit se construit à partir des séphiroth de Sagesse et d'Intelligence, et de la séphirah du Moi; elle a en son centre la Connaissance psychologique. Cette triade, on le verra, est également la triade inférieure du Monde supérieur de Création. Mais du côté de Yétsirah, elle est l'aspect spirituel de la psyché, l'endroit où l'individualité du Moi, tel qu'il s'exprime dans l'âme, est perçu dans un contexte cosmique. Le " visage " inférieur de l'Arbre yétsiratique - son aspect physique culminant en Tiphéreth est, comme nous le verrons, presque sans aucun contact avec ce niveau, perçu uniquement au cours d'incursions mystiques profondes, comme la méditation.

La triade de l'esprit (comme la triade divine ou suprême, au-dessus d'elle, qui, par l'intermédiaire de Kéther, est en relation directe avec le Monde d'Émanation), a peu de signification pour ceux qui n'ont pas conscience de la présence des Mondes cachés par-delà le " visage " du monde physique et les images de l'égo ordinaire. Pour ceux qui désirent faire l'expérience de cette réalité intérieure et l'explorer, une vision fugitive de ces Mondes supérieurs survient au cours des moments d'émerveillement et de crainte religieuse que suscite parfois le spectacle de la Création. Presque tous les êtres humains ont connu un de ces moments, au moins une fois dans leur vie. La psyché considérée dans son ensemble est un organisme aussi achevé que le corps. Elle présente en elle de nombreux processus parallèles à ceux du physique. L'égo est le système autonome (réflexe) de la psyché, et le Moi, le centre directeur. L'âme est le métabolisme d'équilibre et de santé intérieure de la psyché, et la triade de l'esprit est la zone où un autre Monde devient accessible.

Comme le corps, la psyché vit selon des lois inconscientes, et une personne peut naître, vivre et mourir sans utiliser ne serait-ce qu'une fraction de son potentiel. Le cabaliste se donne pour objectif de l'actualiser dans sa pleine puissance, afin non seulement de percevoir les Mondes plus élevés mais de participer à eux de manière consciente. Cependant, avant que l'individu puisse en arriver là, il doit d'abord prendre conscience du fait que cette possibilité existe, et que d'autres personnes ont la connaissance et l'expérience indispensables à sa préparation. Souvent, son point de départ sera simplement quelques moments étranges de " vision " , un ou deux livres qui révèlent ce que le monde ordinaire ne peut même pas reconnaître, et un besoin profond de rechercher et de trouver l'Éden dont il se souvient vaguement que son âme est issue.

haut de page

L'Arbre de Vie:

attributs divins Le diagramme des séphiroth ou Attributs Divins n'a pas été publié dans son intégralité avant le Moyen Age. Il y a eu de nombreuses variantes mais celui-ci est la version utilisée par de nombreux cabalistes de notre temps. Sa structure renferme toutes les lois qui gouvernent l'existence, parce qu'elle révèle un processus universel de relations réciproques équilibrées entre les principes d'en haut et d'en bas, de droite (activité) et de gauche (passivité).

L'influx Divin peut être suivi en détail le long des Voies reliant les séphiroth (désignées par les vingt-deux lettres hébraïques) et à travers les triades, ou relations triangulaires, qui les regroupent. Les couleurs de cette planche distinguent les triades fonctionnelles ou latérales (les rouges actives, et les bleues : passives) et les triades centrales qui expriment des niveaux de conscience et de volonté (vert, violet, jaune). Les quatre grands cercles montrent, au sein du même Arbre, les niveaux qui correspondent aux quatre Mondes de Volonté, Intellect, Émotion et Action. Malgré son degré de complexité très élevé, l'Arbre séphirotique est néanmoins une image de l'Unité Divine.

L'Arbre de Vie, sa structure et sa dynamique dessin anglais contemporain.

haut de page

L'Échelle de Jacob: sephiroth

L'Arbre amplifié, qui montre l'interdépendance des quatre Mondes, a lui aussi plusieurs versions. Ses couleurs, comme il est précisé dans Exode 26, sont blanc (rayonnement) pour Azilouth, bleu (ciel) pour Bériah, rouge (sang et terre) pour Assiah, et violet (union du ciel et de la terre) pour Yétsirah, qui est un pont entre les Mondes supérieurs et inférieurs. Dans le schéma ci-contre, chaque Monde (ou niveau) émerge avec son propre sous-Arbre du centre du Monde au-dessus de lui, de façon qu'Émanation, Création, Formation et Action s'interpénètrent.

Donc l'homme, qui a en lui les quatre niveaux correspondants (Divinité, Esprit, psyché et corps) peut percevoir tous les Mondes au cours de son retour intérieur et extérieur à la Source. Dans un processus progressif d'accomplissement et d'ouverture, l'Adam déchu devient de plus en plus conscient de la Présence Divine à chaque niveau, et le microcosme regarde, dans le macrocosme, l'Image de Dieu.

L'Échelle de Jacob, hiérarchie des quatre Mondes dessin contemporain.
haut de page

Source : La Cabale Tradition de connaissance cachée de Z'ev ben Shimon Halevi édition du Seuil
source:www.lespasseurs.com



Portail indépendant ouvert sur la liberté politique et spirituelle.
Nous sommes solidaires de l'Humanité que nous considérons Une.


Tous droits réservés pour tous pays Copyright © Les Passeurs